Aller au contenu principal

BIOSCOPE 7

BIOSCOPE 7.

 

Interdiction de lecture aux 14 ans et plus. Autrement dit cette rubrique s’adresse UNIQUEMENT aux plongeurs de 8 à 14 ans.

 

 

Cher Dauphin,

 

 

Cette fois-ci nous allons parler de VERS. Ne dit pas « beurk » avant d’avoir lu l’article.

Tu connais le ver de terre (appelé lombric), mais il y a des dizaines de milliers de vers différents, mesurant depuis 0,1 mm jusqu’à 60 m (oui mètres !)  Il y a, par exemple, le ver solitaire (ténia) qui peut atteindre dans les intestins entre 2 et 10 m de long.  Attention aussi car il y a des vers qu’on appelle vers et qui ne sont pas des vers ( !).Exemple : le ver luisant est un insecte coléoptère (femelle du lampyre) ; le ver de vase est la larve d’un insecte diptère (sorte de moustique) ; le ver de farine est la larve d’un insecte coléoptère (ténébrion) ; etc… Il y a les vers qu’on ne voit presque jamais parce qu’ils vivent dans le sable ou la vase et pourtant à marée basse tu peux observer de petits boudins de sable en tas. Ce sont les déjections d’un ver apprécié des pêcheurs comme appât, c’est l’arénicole.

 

Il y a des vers qui se déplacent et qu’on nomme errants ; d’autres qui sont fixés à vie et qu’on nomme sédentaires. Mais, en tant que plongeur, je ne vais t’entretenir que de quelques vers de mer et d’eau douce. Dans l’eau il y en a quand même quelques milliers d’espèces différentes.

 

Regardons d’abord les vers errants. Pour les regarder il faut les voir et ce n’est pas facile. Ils sont cachés dans le sable, la vase ou sous les pierres. On en voit parfois sous les pierres à Floreffe. On les appelle les planaires. En effet, ils sont tout plats, ils n’ont pas de branchies et respirent par la peau. Ils mesurent de 0,5 à 30 mm.

Il y a dans les mers chaudes et même en Méditerranée celui dénommé « ver de feu ». N’y touche pas. Il a des poils comme des épines qui cassent et entrent dans la peau (c’est très gai !). Il mesure entre 5 et 30 cm. Il y a …., mais stop aux errants, sinon je n’ai pas assez avec toute la revue « Maclotte ».

 

Parmi les vers sédentaires, tu pourras admirer les plus beaux.

Citons d’abord l’amphitrite : tu ne vois pas le ver qui vit sous une pierre, mais tu vois de longs filaments blancs sortant de dessous la pierre. Dès que tu les touches, ils se rétractent et disparaissent sous la pierre. De même la bonellie (apparentée aux vers) ; un long filament noir se terminant en fourche qui, en le touchant, disparaît sous la pierre. Ces filaments servent à capter la nourriture.

En Mer Rouge, il y a des vers-arbre de Noël qui s’installent dans les madrépores. Ils ont un plumet en forme d’arbre de Noël de 3 à 4 cm (partie visible) et le ver fait environ 12 cm. Approche doucement car ils disparaissent en un éclair à la moindre alerte. Ils sont magnifiques et de toutes couleurs.


 

Il y a aussi la fameuse famille des sabelles. Ce sont des vers qui ont secrété un tube +/- souple de mucus renforcé par des particules de sédiments. Ce tube peut avoir jusqu’à 50 cm de haut. Au bout de celui-ci (si tu t’approches doucement) tu verras une couronne de tentacules qui servent à respirer et à se nourrir. On appelle sabelle le ver qui a sa couronne de tentacules en boule. On appelle spirographe le ver qui à sa couronne de tentacules en colimaçon (c'est-à-dire comme un escalier tournant ou comme une hélice). Ici aussi les tentacules sont multicolores. La couronne peut aller jusqu’à 15 cm de diamètre. On trouve les sabelles en Mer du Nord, Atlantique, Méditerranée, Mer Rouge, ….

 

Quand tu auras admiré tout ça dans l’eau, tu pourras affirmer à tes copains que les vers c’est beau comme des fleurs.

 

Et si tu as des questions, je suis toujours là. On peut prendre un verre (de jus de fruit) en parlant de vers.

 

Salut, jeune frère plongeur.

 

 

Jo Miserocchi. 

 


Photos: